Mourad Manesse

SLOW CHARPENTIER

scroll down

Slow Artisanat - Slow Charpenterie - Slow Construction

MANIFESTE-Essai

 Qu'est-ce que la Slow Construction ? La Slow Charpenterie ?

C'est construire efficacement dans un cadre de limites choisies : Limites de moyens, de matériaux et d'outillages, mais aussi de ce que l'on cherche à produire, pour redécouvrir une grande puissance et une infinité de possibles.

C'est laisser de côté le luxueux Artisanat d'Art sans devenir pour autant applicateur de méthodes brevetées.

C'est redonner à l'artisanat -au prix d'une certaine diète, une autonomie mise à mal par le design et le bon goût d'un côté, les standards de l'industrie et la mécanisation de l'autre.

C'est reconnaître à l'artisanat sa force technique propre, la possibilité d'affirmer son propre sens du « bien bâti ».

Si la Slow Construction se tourne parfois vers le passé ça n'est pas pour céder à la tentation d'inventer une tradition, ni pour en tirer des images mais pour y trouver une culture des précédents, une expérience de situations techniques communes, définies par des limites semblables. Dès lors que l'on questionne l'équivalence entre technologies industrielles et construction de l'avenir, toutes les situations artisanales définies par la simplicité de moyens, passées et présentes résonnent entre elles et ébauchent peut-être des pistes pour un avenir amélioré.

Avec astuce, le Slow Artisan applique des recettes qu'il a longuement travaillées, économisant sa peine et optimisant son temps. Bien qu'il puisse les varier à l'infini, c'est en étant fidèle à ses recettes qu'il trouve le chemin le plus facile et réalise son art. Mais l'équilibre est vite rompu ! C'est pour cela que le Slow Artisan ne devrait généralement pas dire: « je peux faire ce que vous voulez » car c'est diminuer la puissance artisanale au profit de celle de l'image, et bien souvent de standards étrangers à ses intérêts. Bien sûr, il cherchera à « contenter l'oeil », son œil, mais regard du cahier des charges il dira plutôt «  je peux faire comme ça, ou éventuellement comme ceci mais ça, non. ». En fait les standards industriels et les codes architecturaux sont bien moins souples, mais ils sont la norme ! A chacun les limites qui l'arrange !

Le Slow Artisan est écologiste, il cherche à activer le soin et l'attention dus à la vie sur Terre et il minimise le gaspillage énergétique lié à l'utilisation de machines et de matériaux industriels, il emploie des matériaux locaux et peu transformés. Il n'idéalise pas leurs propriétés car ce qui l'intéresse c'est surtout comment ils se prêtent à une bonne mise en œuvre. Le Slow Charpentier ne sait pas construire d'ordinateurs en bois et en paille, mais des maisons, oui ! alors il en profite car déjà certains construisent des maisons par et en ordinateur. Il sait par ailleurs combien est forte la tendance à repeindre en vert des matériaux ou des pratiques constructives.

La construction moderne demeure une aventure complexe réunissant de nombreuses parties prenantes ne relevant pas de l'artisanat mais débordant sans cesse sur lui. Loin de rechercher l'affrontement stérile, le Slow Artisan reconnaît la places des autres mais il doit aussi veiller sur son domaine : le bois de l'Ingénieur ou celui de l'Architecte, ne sont pas celui du Slow Charpentier.

Le Slow Artisan va à l'essentiel, soumis à l'exigence catégorique de « bien bâtir ». Cette exigence ne recouvre pas exactement les catégories usuelles de la « haute qualité » conférée à un produit telles que les décrivent le monde de l'Industrie ou les codes de la consommation, ni du beau tel qu'il passionne les Créateurs et les Esthètes car l'image est un domaine de construction très différent.

 

Back to Top